L'association Patrimoine

Un peu d’Histoire d’Uncey...

A la fin du siècle dernier, l’abbé Jacques Denizot (1821-1915), qui fut curé de Morey-St-Denis de 1856 à 1886, écrivit une encyclopédie de la Côte d’Or. Elle fut commencée à partir de 1886, et contient, par ordre alphabétique, tous les noms anciens et modernes des localités du Département. Cette encyclopédie est restée sous sa forme manuscrite, mais fut microfilmée, et la Bibliothèque Municipale de Dijon en a tiré 18 volumes sur papier (cote USUEL L 944.42 DEN). Pour Uncey, c’est le livre No 32100004125886, d’après le microfilm MIC 132 du manuscrit Ms 1732.

Voici, sans en changer un mot, ce que Jacques Denizot écrivit sur Uncey :

« Uncey : Commune et Paroisse.
Avant 1789, du bailliage de Semur, subdélégation de Vitteaux ; du diocèse d’Autun, archidiaconé et archiprêtré de Flavigny. Aujourd’hui de l’arrondissement de Semur, canton de Vitteaux ; du diocèse de Dijon. A 32 kilomètres de Dijon ; 30 de Semur ; 7 de Vitteaux ; 14 de Sombernon ; 12 de Pouilly-en-Auxois. Sur la Brenne. Sur la grande route de Dijon à Paris, par Sombernon, Vitteaux, Montbard. En latin, Unceium, Unciacum. Ancienne orthographe Unce. On détermine souvent en disant Uncey-le-Franc.

Territoire en montagnes ; appartenant géologiquement aux marnes supraliasiques et à l’étage inférieur du calcaire oolitique. Presque point de bois ; tout à peu près est donc en terres labourables, avec quelques prés et quelques hectares de vignes. La rivière de la Brenne reçoit au village même le ruisseau de Corcelotte ; il y en a deux ou trois autres encore ; et plusieurs sources ou fontaines isolées.

En 1147, Guy de Sombernon fonda une Maison du Temple à Uncey, en donnant aux illustres chevaliers, à titre d’aumône, ce qu’il possédait en ce lieu. Il y avait alors plusieurs seigneurs en parties ; ceux du nom d’abord. Thibault d’Uncey, témoin de la dite fondation en 1147. Humbert d’Uncey, en 1188. Jean d’Uncey en 1223 donne des rentes à l’abbaye de Flavigny. Berthaud ou Bertrand d’Uncey, qui fut chancelier de Bourgogne vers 1365. Ensuite les abbés de St Seine, depuis 1178 jusqu’à 1255. Puis les sires de Sombernon, comme nous venons de le voir. Puis Garnier de Mâlain, chevalier, en 1250, qui donne en gage à Humbert d’Echannay tout ce qu’il possède à Uncey, pour cent livres. La Maison des Templiers, ainsi que toutes celles de ces religieux partout, prit de la consistance dès le commencement. Une charte de 1249, octroyée par Nivard, abbé de St Seine, les confirme dans la possession de tout ce qu’ils possédaient à Uncey. Leur maison est mentionnée en 1311 à l’occasion du fameux procès contre l’Ordre tout entier, par la déclaration de Jean de Bure, qui avait été reçu en la chapelle de la maison d’Oncé par frère Pierre de Bure qui en était le précepteur. Ils finirent par acquérir toute la seigneurie ; et quand survint la révolution de 1789, était seigneur le Grand-Prieur de Champagne.

La paroisse d’Uncey, vocable St Martin, était autrefois du patronage de la cathédrale d’Autun. Marcellois a toujours été l’annexe.

La population était en 1397 de quatorze feux francs ; en 1666 de vingt-quatre habitants pauvres et misérables, la plupart fermiers. Vers 1775, de quarante quatre feux (160 communiants) ; vers 1850 de deux cent cinquante âmes ; aujourd’hui, 1897, de cent soixante dix seulement.

En 1895 Christine Couthier, veuve Millière [d’Antoine Millière qui était charpentier : note de la rédaction], entre dans ses cent-trois ans, n’ayant d’infirmités qu’une grande surdité. Elle a eu neuf enfants dont restent avec elle deux filles qui ont l’une 70 ans, l’autre 77. La commune a un bureau de bienfaisance.

Les écarts et dépendances sont :
La métairie-carrée, ou maison-quarrée, ferme au Sud-Ouest, à 1 km
Le Val d’Eté, ferme au Sud-Ouest à 2 kms au moins
La Bergerie, ferme à l’Ouest à 2 kms
Un moulin a disparu en notre siècle

Bertaud (d’Uncey) : né à Flavigny ; jurisconsulte, grand vicaire de l’abbé de Flavigny en 1351, conseiller de Philippe de Rouvres en 1360, et chancelier de Bourgogne en 1368. C’est certainement le même personnage que Courtépée, après l’avoir ainsi mentionné à son article de Flavigny, donne encore à l’article d’Uncey sous le nom de Bertrand d’Uncey, avec les titres de chantre de la Ste Chapelle de Dijon, chanoine de Vergy, chancelier de Bourgogne en 1366, inhumé en la Ste Chapelle en 1368 ».

a suivre...

Accueil   Plan du site   Contact     -     Conception : Y. Gautheron